Objectif Courir

Comments: Post a Comment

Categories: Non classé

By: Daniel Marty

Reprendre la course à pied après une période d’inactivité

Reprendre la course à pied après une période d’inactivité n’est pas simple. Bien sûr, la reprise dépend de la longueur de cette période et de la condition physique.

En ce qui me concerne, je pensais que je n’aurais aucun mal à reprendre mes séances de course à pied après un mois et demi d’inactivité forcée. En effet, comme je l’expliquais dans mon précédent article, une forte grippe m’a cloué au lit pendant pratiquement un mois. Durant les deux semaines qui ont suivi, mon état physique ne me permettait même pas de courir un kilomètre.

Bref, il y a à peine une semaine que je m’y suis remis. Je veux partager avec vous mes premières impressions de cette semaine de reprise et les leçons que j’en tire pour le présent et l’avenir.

Reprendre la course à pied, première semaine

coureur tranquillePhoto de Nicolas Duprey

Je m’étais fixé trois séances courtes pour la première semaine pour n’en faire que deux finalement. Bilan?

1. Les sensations étaient bonnes, j’ai retrouvé le plaisir de courir et d’admirer le bord de mer avec le soleil à l’horizon. C’est mon côté poète qui ressort maintenant mais c’est réellement ce que j’ai ressenti à ce moment-là. J’étais vraiment heureux de retrouver la santé et le plaisir de courir.

2. Physiquement, lors de des deux séances je me sentais mieux que je ne le pensais. Je croyais être beaucoup plus engourdi physiquement mais dès les premières minutes je me suis senti très bien. J’ai même eu l’espoir fou de pouvoir participer à ce marathon dans quelques jours. 25 minutes de course m’ont remis à ma place, non pas parce que j’étais à bout de force mais plutôt car j’ai bien vu que je n’étais plus le même qu’avant le 20 décembre dernier, le jour où j’ai dû prendre le lit à cause de la grippe.

3. Je dois reconnaître que l’énergie et la motivation ne sont plus les mêmes. La preuve est que ce dernier week-end, je n’ai pas fait ma troisième séance programmée, je me suis réfugié derrière des excuses du genre “je suis encore fatigué”, “mes jeunes enfants ne m’ont pas laissé dormir comme il faut”, “des courses à faire”, etc. Je dois me rendre à l’évidence : j’ai la flemme, je n’ai plus cette volonté à toute épreuve. Bref, j’ai perdu l’habitude de courir.

En résumé, je ne vais pas si mal physiquement mais mentalement, je dois me remuer et, pour cela, retrouver la motivation. Avec cette première semaine de reprise de la course à pied, j’ai pu constater mes limites actuelles certes, mais également que le fond est toujours présent, toute ma préparation d’avant n’a pas entièrement disparu, je devrais pouvoir courir 20 kilomètres avant deux mois.

Je sais que la forme physique et mentale reviendra car le bien-être que j’éprouve en courant était présent la semaine dernière, ça n’a duré que 25 minutes à chaque séance mais je l’ai à nouveau très vite ressenti.

Comment retrouver la forme en moins de deux mois

retrouver la forme physiquePhoto de Jean François Gornet

Maintenant, si je veux redevenir le coureur que j’étais, je dois prendre en compte plusieurs facteurs et être bien conscient de l’importance de la préparation.

Toutefois, cette préparation ne peut pas se faire n’importe comment. Premièrement, mon corps est resté inactif durant 6 semaines et doit se réhabituer à enchaîner les kilomètres tout en évitant les blessures, donc prudence. Deuxièmement, mentalement c’est un peu dur, je l’admets. J’ajouterais que c’est même plus dur que retrouver la forme physique, non pas parce que la course à pied ne m’attire guère comme avant, au contraire j’ai très envie de revenir, c’est plutôt cette sensation de lourdeur au niveau de tout le corps, cette paresse qui vous envahit lorsque vous êtes affalé sur votre canapé tout en regardant Netflix. Je n’ai rien contre ce dernier mais il y a un temps pour tout.

Quand on devient paresseux, on procrastine, on se cherche des excuses pour ne pas courir et puis les jours se succèdent et on finit par se sentir mal avec soi-même. Ce qui est paradoxal, c’est que c’est la course à pied qui peut faire disparaître tous les maux.

Il y a cependant très souvent un fossé qui semble infranchissable entre ce que l’on veut faire et les petits pas nécessaires à chaque jour pour atteindre notre but. J’ai donc commencé par prendre une série de décisions concernant la préparation :

1. Je sais que je veux courir un marathon, un trail MAIS ce n’est pas pour aujourd’hui. Je me donne pour objectif de retrouver ma forme d’avant grippe en moins de deux mois. Pourquoi ce délai ? Eh bien, parce que c’est un délai qui me semble raisonnable. Au-delà de deux mois, ce serait trop confortable et, en deçà ce serait risqué.

2. Courir au moins trois fois par semaine tout en augmentant progressivement les distances sans forcer. Si je me sens bien, j’ajouterai un kilomètre ou deux sinon je respecterai mon plan.

3. Ne pas me sentir obligé de faire ma séance si mon état physique ne le permet pas. Je préfère reporter à plus tard dans la journée ou au lendemain. Pourquoi cela? Parce que je mise sur le long terme et m’épuiser trop tôt ne sert à rien.

4. Prendre la décision de courir peut être une véritable galère même quand on est un coureur régulier. Parfois (souvent même), on n’a pas envie tout simplement, on veut rester au chaud. On est tellement bien à la maison ! En ce qui me concerne, je suis dans cette situation, j’ai perdu le rythme, je le sais. Cependant, dans ces moments-là la méthode qui marche plutôt bien est celle du compte à rebours dont j’ai déjà parlé dans un article précédent et qui consiste à compter de 5 à 0 comme si j’étais une fusée.

5. Dormir est une question essentielle pour pouvoir bien récupérer après l’effort. Privilégier les heures de sommeil nécessaires (7, 8 ou 10 heures) est nécessaire.

6. Ma famille est le plus important au monde, c’est pour ça que j’en en dernier, le meilleur pour la fin. Je veux absolument éviter l’erreur de négliger, comme ça a parfois été le cas, cette partie fondamentale de ma vie. Cette erreur est assez commune, car on pense qu’après ça ira mieux, que l’on aura plus de temps. FAUX. Le moment idéal c’est maintenant, c’est le moment présent que je veux vivre avec mes enfants et mon épouse et non pas demain. Donc, j’ai décidé de mieux cadrer les séances de course à pied avec ma vie de famille. Courir très tôt le matin ou au moment où les enfants sont à l’école, c’est relativement facile pour moi et la récompense est double: la famille et la santé.

Mon alimentation, mon corps

des fruits pour une bonne santéPhoto de Lola Williams

En un mois de grippe, j’ai dû perdre de 8 à 10 kilos. C’est ÉNORME si l’on tient compte de mon poids d’avant (72 kg pour 1,82m), autant dire qu’après avoir passé le pire, je me sentais vraiment faible et fatigué. Si je parle de cela, ce n’est certainement pas pour m’apitoyer mais toujours pour tirer des conclusions.

Il m’a fallu environ 3 semaines pour retrouver mon poids normal. Ma recette? AUCUNE. Je peux dire que durant ces 3 dernières semaines, je me suis un peu laissé aller au niveau de ma nourriture: petits-déjeuners copieux viennoiseries comprises, café, hamburger, sandwiches au jambon-fromage, etc. Bien sûr, les fruits, les salades m’accompagnent toujours.

Ce qui a surtout compté pour moi, ce n’était pas tant un suivi strict de mon régime mais plutôt de ne pas me prendre la tête. Quand j’avais faim, je cédais aux envies du moment. Il y a cependant un principe auquel je ne déroge jamais: PAS DE PRODUITS TRANSFORMÉS OU ULTRA-TRANSFORMÉS DANS MON ASSIETTE.

Je ne me laisse donc pas complètement aller, je retrouve, peu à peu avec les séances d’entraînement, le besoin, l’envie et le plaisir de reprendre un régime alimentaire équilibré avec des jeûnes intermittents. Les fruits, les légumes, le poisson, un peu de viande, le riz, bref les aliments de qualité (non transformés je le répète) font partie de ma diète quotidienne.

Je reviendrai plus souvent sur le sujet de l’alimentation dans d’autres articles mais une chose que j’ai apprise et qui est sûre pour moi: on ne peut pas suivre un régime alimentaire identique à tout moment, le corps demande des aliments en fonction de la saison de l’année, des conditions externes et des efforts fournis et à fournir.

En résumé…

Me retrouver “coincé” à la maison a été pour moi l’opportunité de faire le point. Peut-être que mon aversion au temps perdu me force à être optimiste malgré tout et à voir dans cette période de maladie une opportunité. C’est comme ça.

Avoir le temps d’être avec les siens, le temps de réfléchir à certains aspects de la vie, prendre le temps de se reposer sont mes conclusions sur les aspects de ma vie qui, je le pense, avaient besoin de réajustement.

Je vais reprendre la course à pied car c’est un sport splendide qui doit être en harmonie avec le reste de notre vie. Si c’est une galère, c’est qu’il faut remettre au point certaines choses.

Partagez l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.