Objectif Courir

Comments: Post a Comment

Categories: Non classé

By: Daniel Marty

Préparation du 10K: bilan de la semaine 3

 

Franchement, le bilan de la semaine 3 de préparation du 10K de Benicasim (Espagne) qui se tient le dimanche 17 juin est très positif. Peut-être que la préparation est trop calme, pas assez poussée pour cette course, ou alors il est possible que je sois en train de progresser. Lentement mais sûrement. En tout cas, les sensations sont toujours bonnes et je ressens que je progresse au niveau des jambes, du souffle, bref de ma résistance dans son ensemble et je constate également que je me sens de mieux en mieux au niveau de la tête.

 

Respecter les séances d’entrainement

 Les bonnes raisons

 

Alors que la première semaine de préparation pouvait donner l’impression de chaos du fait du brusque changement de programme d’entraînement, ces deux dernières m’ont conforté dans mon choix. Je pourrais booster les séances mais je ne vais pas le faire pour deux bonnes raisons:

 

  1. Je me fais plaisir durant et après les séances, ce qui est bon pour le mental Bien-être sur la route
  2. Je n’ai pas de recul suffisant pour savoir si ce programme est adapté à l’objectif fixé et, par conséquent, tant que je n’aurai pas franchi la ligne d’arrivée de la course, je n’ai pas intérêt à changer quoi que ce soit.

 

Remettre en question l’objectif de course? Non

Persévérer en course à pied

 

Bien sûr, chaque semaine je repense à mon objectif de course (passer sous la barre des 40 minutes) mais cela ne constitue pas une obsession. Courir est ce qui m’intéresse et je sais qu’après cette course, je vais me fixer de nouveaux objectifs.

 

Les statistiques de la semaine 3

 

Distance Temps Vitesse (min/km) FCM
Lundi – Vitesse Echauffement 2,78 Km 20:00 07 :11 117 ppm
6 x 150 m allure, r = 1’02” 155 ppm en moyenne
15′ retour au calme 115-120 ppm approx.
Mercredi – Seuil progressif Echauffement 2,71 Km 20:00 7: 22 111 ppm
3 x 10’00” allure seuil progressif, r = 2’15” 7,19 Km 165 ppm en moyenne
15′ retour au calme 115-120 ppm approx.
Samedi – endurance Endurance 7,55 Km 50 :00 06 :37 126 ppm
Dimanche – sortie libre Echauffement 2,07 Km 15:00 7: 15 114 ppm
3 x 12’00” allure 3 heures, r = 3’00” 145 ppm en moyenne
15′ retour au calme 115-120 ppm approx.
OBJECTIF COURSE 10 Km 39 :59 03 :59

L’analyse des statistiques

Le constat: surtout du mental

 

Avoir le mental en course à pied

 

Ce que je retire de cette semaine est plutôt un constat mental. En effet, c’est de mes impressions générales, physiques et mentales, dont je veux parler plutôt que de pures statistiques.

Tout d’abord, par rapport à la semaine1 et la semaine 2 , je suis capable de contrôler la tendance à aller trop vite lors des séances d’endurance. On peut d’ailleurs voir combien la FCM est passée de 148ppm la première semaine à 126ppm celle-ci.

 Comme j’ai dit plus haut, l’objectif de course n’est pas en tête de mes priorités. Si l’objectif de course m’ôte le plaisir de courir, je préfère renoncer à ma barre des 40 minutes. Tant pis.

Ceci étant dit, je sais que mon programme d’entraînement me rapproche de mon but, donc aucune raison de me prendre la tête avec ça.

 Deuxièmement, le bien-être qui m’accompagne tout au long de la journée après ma séance matinale vaut largement la peine que je prends à me lever tôt le matin (parfois à 6h). L’énergie qui se dégage de moi et l’optimisme pour entreprendre tout ce qui se présente devant moi grandissent de jour en jour. Je me sens fort et content. Je ne peux pas l’exprimer plus simplement.

 

Chaque séance d’entrainement = bien-être au quotidien

 

Bien sûr, il y a et aura toujours de brefs instants de découragements et de remise en question. Par contre, ce qui prédomine chez moi ces dernières semaines est la perspective, je veux parler de la capacité de prendre du recul devant telle ou telle situation et de mieux évaluer la décision à prendre pour la suite. Chaque problème trouve sa solution.

 

 Bilan de la semaine 3 de préparation du 10K

 

Je sais que les impressions que je décris sont les conséquences  directes des séances d’entraînement, la pratique régulière de la course à pied devient addictive et, en même temps, me donne procure beaucoup de sérénité. Un peu paradoxal, non? Les études scientifiques que j’avais lues récemment sur les effets de la pratique de la course à pied sur notre cerveau semblent bien confirmer mes impressions de ces dernières semaines, ce n’est pas le fruit du hasard.

Donc bien que les résultats puissent ne pas être à la hauteur de l’objectif fixé, ce que je gagne est un acquis, ça n’a pas de prix.

Partagez l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.