Objectif Courir

Comments: Post a Comment

Categories: Non classé

By: Daniel Marty

Nos objectifs en course à pied

Pourquoi il ne faut pas hésiter à les revoir

Cela fait maintenant 6 semaines que je n’ai pas écrit sur mon blog sur la course à pied pour une bonne et simple raison: j’ai eu la grippe. J’ai eu droit à un mois de “congé” sans pouvoir m’entraîner pour préparer le prochain marathon, sans la force ni l’envie d’écrire quoi que ce soit.

Le même jour où j’ai commencé à me sentir mal, je commençais justement un article sur ma préparation pour le marathon qui a lieu dans 2 semaines au moment où j’écris ces lignes et auquel je dois renoncer. L’article devait démarrer de la manière suivante: “Le 25 décembre prochain, cela fera deux mois que je me suis inscrit pour le marathon de Castellón (Espagne) le 18 février 2018 et j’ai envie de faire un bilan de préparation pour le premier marathon de ma vie.” Et puis BOOM, je tombe malade et mon plan change.

Tout ceci m’a tout de même servi d’enseignement à plusieurs niveaux et j’avais envie de le partager car je pense que si cela m’est utile, ce le sera également à d’autres. Je donne peut-être l’impression de m’éloigner complètement du sujet de la course à pied mais ce n’est pas le cas.

Courir est et doit être un plaisir, c’est comme ça que je vois les choses et il est bon de se fixer des objectifs. Cependant, les circonstances ou les évènements nous obligent souvent à revoir nos objectifs à différents niveaux, la course à pied n’est pas une exception. Les circonstances et les événements nous invitent également à revoir la manière de faire les choses, d’organiser notre quotidien et la vie de famille.

Nos objectifs

Courir fait partie de ma vie, c’est comme la musique, je ne conçois pas passer le reste de ma vie sans la course à pied (ou sans écouter U2). Mon objectif à long terme est d’avoir les ressources physiques et mentales pour pratiquer ce sport tout au long de ma vie. Dans le premier article  publié sur ce blog, j’y expliquais ce qui me pousse à chausser mes baskets et à faire mes séances de 5, 10 ou 15 kilomètres, c’est ÇA mon objectif majeur: LE PLAISIR.

Par conséquent, si je sais pourquoi je cours, mes objectifs sur le court terme doivent être cohérents avec le reste, c’est fondamental. Il doit y avoir un équilibre entre le court terme et le long terme. C’est pour moi une évidence. Nos buts dans la vie peuvent varier mais je pense que, grosso modo, lorsqu’on entre dans la vie active, nous avons l’ambition dans 10,20 ou 30 ans d’avoir un certain confort matériel, d’obtenir une promotion professionnelle, de développer une entreprise, de faire le tour du monde, que sais-je? D’autre part, chacun d’entre nous développe des ambitions qui ne ressemblent pas forcément à celles de nos voisins, nos amis, nos collègues de bureau et c’est très bien comme ça.

En ce qui me concerne, j’ai comme la plupart des gens des objectifs : ceux que nous partageons mon épouse et moi, mes objectifs personnels de carrière et autre. Puis il y a la course à pied. Je n’ai pas pour objectif de vie de gagner le Marathon de Paris ou de New York bien que les choses puissent changer d’ici dix ans, mais mon but dans ma vie future de coureur, ce n’est pas ça, mon ambition c’est de conserver le même plaisir et les sensations de bien-être que procure ce sport.

Si la préparation pour une compétition n’est pas en harmonie avec ce but ultime de plaisir, je n’hésiterai pas à remettre en question ma participation avec telle ou telle course.

La préparation et la vie de famille

Ces quelques semaines où j’ai été malade m’ont poussé à me poser quelques questions sur ce que comporte la préparation pour le Marathon et la compatibilité avec ma vie professionnelle et la vie de famille.

Lorsqu’on se prépare pour une course, on s’impose des contraintes à soi-même mais on les impose également à ceux qui nous entourent. Tous ceux qui participent régulièrement à des compétitions savent de quoi je parle.

Le fait d’avoir pratiquement passé 4 semaines “coincé” à la maison m’ont permis de redécouvrir l’importance et le plaisir de passer du temps avec ma femme et mes deux enfants. Je parle de ça non pas pour dire que je ne dois plus courir, arrêter de participer à des courses officielles ou sacrifier ma préparation mais simplement que je ne dois négliger aucun aspect de ma vie. Comme je le disais plus haut, il est important de maintenir un équilibre entre notre quotidien et ce que nous voulons dans la vie sur le long terme.

Nous préparer est aussi important que savoir organiser notre agenda et, pour cela, il faut tenir compte de tous les aspects qui comptent dans notre vie.

Les défis ambitieux

Courir et terminer un Marathon en trois mois de préparation sans avoir participé ne serait-ce qu’à une seule course officielle dans ma vie, une course tout court d’ailleurs, était mon défi. C’était un défi ambitieux et je pense que j’aurais pu y arriver, ce n’est pas moi qui le disait mais un copain habitué à ces compétitions et mes sensations physiques et mentales sur les longues distances.

J’admets ici ma légère frustration du fait de devoir annuler ma participation mais je me suis fait une raison et j’en ai tiré des conclusions.

La première est le facteur temps. Plus on va loin en course à pied, plus notre emploi du temps est serré. Il donc indispensable de prendre en compte la contrainte temps. Les séances de 30 minutes sont assez faciles à caser dans notre agenda, par contre ce n’est pas si évident quand on court 1 heure, 2 heures voire plus. De plus, cette exigence physique doit impérativement s’accompagner d’un repos de plus en plus prolongé et, cela n’est pas non plus facile pour la plupart d’entre nous qui avons un travail et une vie de famille qu’il faut choyer.

La deuxième conclusion est que la vie doit être cool. Je veux dire par là que, par exemple, si participer à un semi-marathon, un marathon ou un trail suppose un stress trop important pour notre corps, si on a l’impression de ne pas arriver à tout, cela veut peut-être dire qu’il faut revoir ses priorités. Courir doit être un plaisir, c’est notre objectif principal.

La troisième est la communication. Notre vie de famille et notre vie de couple ne doivent pas être négligées. Je crois que nous devons prendre le temps d’expliquer ce que nous faisons et pourquoi si nous voulons la compréhension de notre partenaire.

Conclusion, vais-je participer à un marathon ?

Bien sûr ! Il est hors de question pour moi de renoncer à ce défi, d’autant plus que ça m’est un peu resté en travers. Je suppose que vous me comprenez.

Cependant, cette fois-ci je vais m’y prendre un peu différemment.

– Premièrement, ma priorité est ma famille. Mes enfants et mon épouse passent en premier. Donc, si je dois annuler une séance de course à pied, je n’hésiterai pas.

– Deuxièmement, ma santé physique et mentale est mon instrument de mesure. Mon emploi du temps doit me permettre la préparation nécessaire. Il n’y que deux occupations que je peux modifier dans mon cas : la course à pied et mon travail.

– Troisième et dernier point : comprendre pourquoi je cours et je veux participer à un marathon et puis, tout simplement expliquer à mon entourage pourquoi j’y tiens tant que ça.

Quand on a une passion, on développe la capacité de la transmettre. Alors, parlons-en.

Partagez l'article:
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.